Ce site web utilise des cookies pour stocker des informations sur votre appareil. Les cookies aident notre site web à fonctionner normalement et nous montrent comment nous pouvons améliorer votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez nos politique relative aux cookies et politique de confidentialité.

Contactez-Nous
Protéger les campus universitaires en installant des solutions de vidéosurveillance avec IA intégrée
exterior of a modern school building entrance

 

Pour maintenir un environnement éducatif propice à l’apprentissage, il convient au minimum d’assurer la sécurité et la sûreté de nos élèves. En pratique, cette volonté n’est pas simple à mettre en place, en raison de la grande variété de tailles et de types d’établissements d’enseignement.

 

Les scènes de violence dans les environnements scolaires montrent à quel point il est urgent d’installer des systèmes de sécurité et de sûreté pour prévenir, certes, les fusillades qui font la une des journaux, mais uniquement. Aux États-Unis, 79 % des écoles publiques ont relevé un ou plusieurs cas de violence, de vol ou d’autres délits, pour un total de 1,4 million de délits. Soit un ratio de 29 délits pour 1 000 élèves*. 

 

La sécurité est un véritable défi, et ce 24h/24. La protection de nos écoles passe par le déploiement d’une gamme d’outils de sécurité et de durcissement des moyens physiques mis en œuvre. Pour réduire les risques, contrôler l’accès aux bâtiments scolaires est nécessaire. Cependant, il est également important de préserver une atmosphère de campus « ouvert » pour ne pas nuire à l’apprentissage des élèves et des étudiants. Pour s’assurer que les écoles soient un lieu accueillant pour les élèves comme pour les familles, les solutions technologiques choisies pour restreindre l’accès auxdits établissements doivent être particulièrement discrètes. La sécurité de l’école doit également être conçue en couches, ou en cercles concentriques de protection, de l’extérieur vers l’intérieur en commençant par le périmètre de l’établissement scolaire. Ce système permettra de sécuriser les salles de classe une par une ainsi que les autres zones internes.

 

Des solutions technologiques comme réponse aux problèmes

La vidéosurveillance est une technologie discrète qui peut promouvoir la sécurité d’un environnement scolaire dans sa globalité, que cela soit au niveau du périmètre de l’école ou en cas d’entrée de véhicules dans l’établissement. Ce système permet de maintenir une vigilance constante et en toute discrétion sur les allées et venues des individus.

 

De plus, l’intégration de nouvelles technologies d’Intelligence Artificielle (IA) et de Deep Learning augmente les capacités en temps réel de la vidéosurveillance : celles-ci peuvent désormais émettre une alerte si une menace potentielle pénètre dans le campus. L’Intelligence Artificielle et le Deep Learning analysent le contenu des flux vidéo et fournissent des informations exploitables au personnel de sécurité, telles que l’analyse des tendances et des alertes en temps réel lorsqu’un évènement se produit.

 

En plus de contrôler l’accès au périmètre, la vidéosurveillance qui intègre l’Intelligence Artificielle a d’autres avantages : on notera par exemple la surveillance d’un campus scolaire avant et après les heures de cours, ou encore en fin de semaine lorsque des activités périscolaires ont lieu. De cette façon, les systèmes mis en place peuvent surveiller la circulation et s’assurer que seuls les véhicules autorisés pénètrent dans une zone spécifique. Les avantages de la vidéosurveillance pilotée par intelligence artificielle peuvent potentiellement accroître l’efficacité des systèmes qui ne font pas l’objet d’une surveillance active. Les flux vidéo sont analysés en temps réel et les alertes ne peuvent être déclenchées qu’en cas de problème.

 

Exemple de cas d’utilisation : Contrôle du stationnement illégal et des zones à accès restreint dans les écoles

À chaque fois qu’un véhicule pénètre dans une zone à accès restreint d’un campus scolaire, le système de vidéosurveillance capture une image du véhicule et transmet automatiquement des données importantes la concernant.

 

Les systèmes de reconnaissance automatique des plaques minéralogiques identifient les numéros d’immatriculation des voitures qui entrent sur le parking d’une école ou par le portail de celle-ci, vérifient si les numéros correspondent aux données d’une liste de surveillance, et émettent une alerte si besoin. Cette technologie pourrait également être utilisée pour valider ou non l’accès aux zones à accès restreint. Par exemple, il est possible de ne laisser entrer que les véhicules disposant d’un passe afin qu’ils se garent aux emplacements définis préalablement. D’autres approches plus avancées existent : l’une d’elles consiste à faire appel à des technologies de double identification, reconnaissance de la plaque d’immatriculation et reconnaissance faciale du conducteur, pour ajouter un niveau de sécurité supplémentaire.

 

Les systèmes de vidéosurveillance avec détection de stationnement illégal peuvent être utilisés pour définir une zone de l’école où il est interdit de stationner. Si un véhicule entre dans la zone, la caméra se déclenchera automatiquement pour obtenir des preuves. Une fois que les images des véhicules stationnés illégalement sont collectées, le système se chargera ensuite de transmettre des données sur l’heure et le lieu des faits, le numéro de plaque d’immatriculation du véhicule et l’infraction de stationnement.

 

Exemple de cas d’utilisation : Contrôle des zones à accès restreint et réservées aux bus

Les caméras de circulation dotées de la technologie Deep Learning peuvent également identifier et classer les véhicules, afin de différencier les petits des gros véhicules et même de détecter la marque, le modèle et la couleur d’un véhicule. Grâce à ce système, il devient possible de distinguer les voitures des bus, et donc de sanctionner les premières lorsqu’elles roulent dans des zones réservées aux bus. À l’heure actuelle, ces caméras sont surtout installées dans les rues et sur les autoroutes, mais la technologie existe et le potentiel est là.

 

Un tel système peut également capturer des images et générer des données d’alerte si un véhicule roule en sens inverse et s’insère, par exemple, dans une bretelle de sortie ou sur l’autoroute dans le mauvais sens.

 

Exemple de cas d’utilisation : Reconnaissance faciale aux abords des écoles

La reconnaissance faciale peut être utilisée aux entrées et aux portails des écoles pour assurer la sécurité des élèves et du personnel, ainsi que pour repérer des suspects connus qui tenteraient d’entrer dans l’établissement. La technologie « Blacklist Alarm » (Système d’alerte avec liste noire) génère une notification si un suspect connu pénètre dans la zone surveillée.

 

La netteté de l’image est primordiale lorsqu’il faut identifier des visages, et les caméras qui disposent d’une plage dynamique large (WDR) peuvent résoudre plusieurs problèmes, tel un contre-jour par temps clair lorsque la lumière extérieure est plus intense que la lumière ambiante d’un espace dans lequel est entré un individu.

Les systèmes de reconnaissance faciale peuvent également être utilisés à l’intérieur des établissements scolaires. Un terminal de reconnaissance faciale, installé à l’entrée d’un bâtiment du campus ou d’une bibliothèque, peut être configuré pour s’assurer que seuls les étudiants et le personnel enregistrés ont accès aux bâtiments en question.

 

Les caméras avec comptage de personnes peuvent être utilisées dans les cafétérias et les bibliothèques pour obtenir des rapports quotidiens (ou mensuels) sur l’affluence : des données très utiles pour avoir une meilleure compréhension des heures de pointe et organiser le flux de travail en conséquence.

 

Une solution unique pour différentes applications

Les flux provenant de toutes les caméras peuvent être gérés, surveillés et stockés dans un centre de contrôle agréé. Ce dernier peut être situé soit sur un campus, soit dans un lieu regroupant, par exemple, tous les flux qui proviennent des campus d’un district scolaire. En général, le personnel de sécurité peut accéder aux données de surveillance de plusieurs façons, par l’intermédiaire d’un ordinateur fixe ou portable, ou encore d’un appareil mobile. Une telle flexibilité facilite le travail du personnel de sécurité. Un policier ou agent de sécurité du campus peut ainsi visionner une vidéo sur un appareil mobile tout en patrouillant sur le campus.

 

La plupart du temps, les systèmes de vidéosurveillance dans les écoles ne sont pas contrôlés. Le personnel de sécurité d’un établissement scolaire a d’autres tâches plus pressantes que de s’assoir devant un écran pendant un certain temps. Par ailleurs, il est difficile pour les opérateurs de faire attention à tout ce qui se passe sur le moniteur, et de repérer des incidents parfois furtifs. La surveillance manuelle, fastidieuse et sujette aux erreurs, peut aujourd’hui être remplacée par des systèmes plus intelligents qui émettent des alertes uniquement lorsqu’un évènement notable a lieu. 

 

Une ligne de défense renforcée pour un environnement d’apprentissage plus sûr

Les systèmes destinés à maximiser la surveillance et la sécurité des écoles comprennent des caméras haute performance pour la capture d’évènements, un enregistreur vidéo réseau intégré pour l’enregistrement et le stockage des évènements, ainsi qu’une plateforme de gestion centralisée pour regrouper toutes les vidéos du système. L’Intelligence Artificielle et les technologies de Deep Learning automatisent les procédures de sécurité et proposent des informations utiles en temps réel qui sont plus riches que de simples images vidéo. Le déploiement de ces technologies dans le périmètre d’un campus peut grandement améliorer la sécurité de ce dernier, en empêchant notamment que des menaces pénètrent dans l’environnement d’apprentissage. 

 

(*) https://nces.ed.gov/fastfacts/display.asp?id=49